Quel salaire pour un consultant en France ?

Après des années d’expérience en tant que cadre, beaucoup considèrent le métier de consultant comme une évolution professionnelle logique. C’est alors que surgit une question importante : les tarifs. Quel est le salaire d’un consultant ? Comment définir ses prix de manière juste et profitable ?

La rémunération moyenne d’un consultant

un consultant - etre consultant

Il est difficile d’obtenir des informations sur les rémunérations des consultants lorsqu’ils sont indépendants, quel que soit leur statut légal. Cependant, il est plutôt simple d’obtenir une idée des salaires que touchent les consultants d’entreprise spécialisés dans le consulting externe et l’audit : un consultant junior gagne entre 2500 € et 4200 € brut par mois tandis qu’un consultant senior peut gagner jusqu’à 6375 € brut par mois. Ces tarifs s’appliquent généralement à tous les secteurs d’expertise.

Lorsqu’il s’agit d’un consultant indépendant, il est important de noter que sa rémunération dépend principalement de son aptitude à s’auto-promouvoir, c’est-à-dire à prospecter de nouveaux clients, présenter et vendre ses services et également à s’assurer d’être payé pour les services rendus. La situation économique du moment est également un élément à prendre en compte.

De ce fait, il reste un détail important à déterminer avant de démarrer une activité de consultant indépendant : comment donner un prix à ses prestations ?

Établir ses tarifs de consultant indépendant

Pour fixer ses tarifs, le consultant indépendant peut utiliser la même méthode que pour tout autre type de société. Plus simple encore : il suffit de repartir la rétribution voulue. Inutile de chercher à connaitre le salaire d’un consultant, il est plus important de comprendre combien vous souhaitez être rémunéré pour cette activité. Une fois que vous aurez déterminé votre salaire idéal, doublez-le pour couvrir vos futures charges sociales. N’oubliez pas d’ajouter également presque 15 % pour couvrir les frais de structure et frais annexes.

Pour finir, pensez au nombre de jours que vous allez effectivement travailler pour des clients. Comme tout indépendant, vous devrez passer la moitié de votre temps travaillé à prospecter et rencontrer des clients potentiels et, très importants, à vous former. Pour faire court, sur environ 330 jours travaillés par an, il faut compter approximativement 100 jours pour effectuer des tâches non rémunératrices.

Attention, cela ne veut pas dire que vous facturerez tous les 230 jours restants. En réalité, en moyenne seulement 60 % de ces jours-là seront facturés et votre chiffre d’affaires total sera donc à réaliser en plus ou moins 140 jours.

Pour prendre un exemple, considérons une rétribution souhaitée de 3 500 € net par mois. Pour l’obtenir, il sera nécessaire de réaliser un chiffre d’affaires de 63 000 € par an (3 500 € x 12 x 1, 5). N’oublions pas les frais de structure et frais annexes, d’approximativement 10 000 €. Il faudra donc réaliser un chiffre d’affaires total de 73 000 € par an. Enfin, vous devrez facturer environ 520 € par jour travaillé pour obtenir cette rémunération (73 000 €/140jours).

Il est évidemment important de déterminer si ce tarif est adapté au marché et à vos compétences. En effet, comme indiqué au début de cet article, un consultant junior ne peut prétendre à la même rémunération qu’un consultant senior. Par exemple, un junior pourrait éventuellement miser sur une rétribution de 2 500 € net par mois afin de réduire le tarif à environ 350 € par jour, ce qui correspond au tarif classique d’un consultant débutant sa carrière d’indépendant après seulement 3-6 ans de présence en entreprise.

Si, au contraire, vous possédez plus de 10 ans d’expérience en entreprise et que vous avez exercé différents rôles avec succès, en particulier celui de cadre dirigeant, vous bénéficiez d’une position avantageuse dans la grille de tarifs qui vous permettra de facturer jusqu’à 1000 €/jour (le maximum possible pour une PME). En appliquant de tels tarifs, vous obtiendrez une rémunération d’environ 7000 €/mois.

La rémunération alléchante des consultants en stratégie

un consultant - devenir consultant

En début de carrière, les salariés des cabinets de conseil en stratégie touchent en moyenne 20 à 50 % de plus que des managers en entreprises. Par la suite, l’écart se creuse fortement. Dans un cabinet de conseil, le salaire d’un partner peut facilement dépasser le million d’euros par an. Cependant, nous parlons ici du poste le plus élevé et très peu de places sont disponibles.

Les cabinets prestigieux comme McKinsey, le BCG ou Braun distribuent généralement des salaires de plus de 100 000 euros annuels. Bien qu’il faille se rappeler qu’il s’agit de cabinets basés à Paris, il est facile de déduire que le métier de conseiller en stratégie représente l’un des mieux payés de tous. Il n’existe que deux possibilités pour obtenir un salaire encore plus élevé : La Banque d’Investissement (en M&A ou finance de marché), qui propose des bonus plus importants, et l’entrepreneuriat, pour ceux qui réussissent.

Il est tout de même évident qu’un entrepreneur gagnera difficilement autant qu’un consultant McKinsey au cours de sa première année.

Les juniors gagnent plus dans les petits cabinets

La rémunération dépend également du type de cabinet choisi. Afin d’attirer de jeunes talents, les petits cabinets ont tendance à payer leurs consultants débutants mieux que les gros cabinets paient les leurs. À ses débuts, un consultant junior pourra recevoir des offres de petits cabinets qui seront supérieures à 10 000 euros/an. Au final, il faudra préférer accepter un salaire un peu plus bas en pensant à la plus-value qui découlerait d’une expérience dans un cabinet prestigieux.

Avec cette ancienneté dans un petit cabinet avec un haut salaire de départ, les consultants arrivent à un certain seuil et leurs salaires deviennent de plus en plus distants de ceux des seniors de cabinets plus importants. Il est donc plus utile de comparer les salaires des partners et des managers (qui est le niveau juste en dessous) : ils peuvent devenir vraiment très importants, jusqu’à atteindre ceux des membres des comités exécutifs des géants du CAC40 !

Pour finir, n’oubliez tout de même pas que le désir de devenir consultant ne devrait pas être basé entièrement sur le salaire. De plus, si l’on analyse les critères de comparaison entre les cabinets, on se rend compte que la rémunération ne se trouve qu’à la 3e ou 4e position. Le défi et la renommée se trouvant bien loin devant !

About the Author

>