Comment devenir consultant indépendant : guide pour consultant freelance

Le consulting se développe de plus en plus, et plus particulièrement les consultants indépendants. Néanmoins, le métier de consultant est désormais tellement vaste qu’il peut être compliqué de s’y retrouver, particulièrement lorsqu'il s'agit de monter son entreprise. Voici donc un guide afin de vous savoir comment devenir consultant indépendant.

Être consultant c’est quoi ?

Consultant : définition

Le métier de consultant indépendant n’épargne désormais aucun secteur d’activité. L’étendue de sa tâche peut varier en fonction de l’activité concernée, mais généralement, un consultant a pour mission de rechercher une clientèle, d’aborder avec cette clientèle les différentes manières d’exécution de sa fonction et enfin, d’accomplir celle-ci. Les moyens d’un consultant sont assez diversifiés, mais d’une manière générale, l’accord conclu entre ce dernier et sa clientèle est scellé par un contrat de prestation qui définit toutes les modalités du travail à accomplir.

Rôle d’un consultant

Les attentes des entreprises

etre consultant indépendant - consultant freelance

Un consultant indépendant se doit impérativement de maîtriser l’étendue et les impacts que ses différents apports peuvent avoir.

À titre illustratif, un dirigeant d’entreprise ne trouvera pas pertinent le fait d’avoir un consultant indépendant se disant expert en programmation, à qui il serait impossible de définir précisément les différents impacts que pourraient avoir certains systèmes sur l’entreprise qui l’emploie.

Et qu’on soit consultant indépendant ou non, il est désormais possible de définir ou de matérialiser la qualité de ce dernier avec la lettre « T ». Le trait levé ou redressé du T renseignant précisément sur le domaine d’expertise et celui couché ou horizontal définissant les capacités du consultant à maîtriser d’autres secteurs semblables au sien.

Les métiers du conseil indépendants sont des emplois ou des fonctions qui ne connaissent pas de repos, bien au contraire, c’est un secteur en plein essor et les possibilités d’embauches ne vont certainement pas manquer. Leur rôle auprès des dirigeants et de leur entreprise est certain, car ils ont une place centrale dans l’apport de solutions aux différents problèmes que connaissent désormais ces dirigeants d’entreprises. 

Pourquoi faire le choix d’un consultant indépendant au lieu de se tourner vers les traditionnels cabinets de conseil ?

Pour quelles raisons opter pour un consultant indépendant ? Ou  comment un consultant indépendant doit-il se différencier des autres cabinets de consultants ?

Avant toute chose, sachez qu’un client prend généralement en compte trois principaux critères pour choisir son prestataire. Il s’agit du coût, de la compétence et de la responsabilité.

  • Le coût

Le coût de la prestation est-il supportable pour son budget ?

  • La compétence

Il s’agira ici pour le client de vérifier le profil et les différentes expériences de son futur prestataire.

  • La responsabilité

Quelles justifications apportées en cas de problème ?

Le troisième point constitue un vrai point fort pour les cabinets de consultants experts. En cas de revers ou d’échec, le client pourra se targuer du fait qu’il a eu recours à un cabinet de prestige et que son choix a été judicieux, et donc que l’échec ne saurait être de sa faute. Le prestataire lui de son côté argumentera du fait qu’il a utilisé les moyens les plus fiables pour l’accomplissement de chaque mission.

Les points 1 et 2, à savoir le coût et la compétence, sont souvent plus mis en avant par les consultants indépendants ou par les petites structures. Leur prix est en effet plus modéré que celui des cabinets de prestige. Les consultants indépendants sont aussi plus vifs et parfois plus doués et plus capables que certains collaborateurs de cabinets de prestige.

Pourquoi un consultant ?

le métier de consultant - etre consultant indépendant

L’utilité d’un consultant est appréciée en fonction des résultats certains qu’il apporte à son client. En effet, tout apport d’un consultant qui n’a rien de bénéfique pour son client ou qui n’aura pas une incidence positive sur la valeur de l’entreprise sera jugé inutile.

Bien évidemment, les différentes interventions du consultant peuvent ne pas avoir d’impacts immédiats, mais peuvent se révéler efficaces dans un avenir plus ou moins proche. Cette exigence d’efficacité doit être la priorité absolue, ou le but ultime, pour toute personne qui veut être consultant indépendant.

Chacun se doit d’avoir sa personnalité

Peu importe le domaine de prédilection ou d’intervention du consultant, celui-ci doit rechercher par lui-même ses atouts pour devenir meilleur, afin d’accomplir idéalement sa mission de consultant.

Comment faire pour vous démarquer de vos autres concurrents afin d’offrir à votre client un plus qui lui sera vraiment profitable ?

Innovateur         

C’est quelqu’un qui apporte des idées nouvelles qui devront être bénéfiques et avantageuses pour son client.

Gérant

Celui qui s’occupe de l’exécution des missions qui lui sont assignées.

Solutionneur

Celui qui apporte des réponses appropriées et simples aux problèmes identifiés.

Fondateur

Il réunit tous les éléments favorables pour la mise sur pied et la réussite des différents projets en conseillant plus particulièrement les chefs de projet.

Détecteur

Il arrive à découvrir et à cerner la solution miracle pour faire développer la progression de l’entreprise de son client.

Assistant

Il sait comment établir les relations nécessaires et essentielles pour la réussite d’un projet.

Comment devenir consultant

Formation pour devenir consultant

La fonction de consultant nécessite plusieurs années d’apprentissages et d’études. Les recruteurs choisissent souvent des consultants qui possèdent un diplôme de Master au moins, c’est-à-dire un diplôme de baccalauréat + 5, équivalent diplôme d’ingénieur.

L’exercice de la fonction de consultant nécessite de s’orienter très tôt, dès le lycée, en choisissant des filières d’études appropriées comme les filières ES ou S. De cette façon, le futur consultant aura bénéficié très vite des enseignements nécessaires, qui lui permettront d’avoir un bon cursus universitaire. Une fois que l’aspirant aura son diplôme de licence, il pourra alors opter pour une spécialité qui lui conviendra parfaitement. Pour la fonction de consultant, les employeurs recherchent souvent des jeunes diplômés qui ont un :

  • Master en droit, en sciences politiques ou en économie ;
  • Master marketing, utile pour le développement commercial de votre affaire, en Gestion des Ressources Humaines, en stratégie managériale ;
  • Master en management socio-économique ;
  • Master en ingénierie…

Le diplôme de Master est une première exigence pour le métier de consultant. D’autres spécialisations sont à privilégier afin d’être vraiment apte à accomplir parfaitement les charges qu’un consultant doit remplir. Les thèmes de mémoire en fin de formation sont aussi à bien choisir pour correspondre à l’ensemble des profils recherchés par ceux qui embauchent. La bonne connaissance et la parfaite maîtrise de la langue anglaise sont aussi un atout à ne pas négliger, car aujourd’hui, cette langue est indispensable.

Si vous n’avez pas ce type de diplôme, il existe un autre moyen pour percer dans le métier : la formation en ligne accélérée. Vous pourrez trouver sur notre site une formation accélérée afin de devenir consultant Facebook et vous permettre de monter votre propre business rentable rapidement.

Quel statut pour un consultant

devenir consultant indépendant - consulting freelance

L’une des préoccupations essentielles d’un consultant qui veut commencer son activité est de savoir quel régime juridique serait le plus à son avantage.

Généralement, on dénombre quatre régimes juridiques idéaux pour tout consultant qui se veut être indépendant. Les statuts juridiques en question sont les suivants :

  • La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) et l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL),
  • Microentreprise,
  • Portage salarial,
  • L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL).

Chaque régime ou statut cité présente ses propres caractéristiques, ainsi que ses propres avantages qu’il conviendra de distinguer avant d’opter pour tel ou tel choix.

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) et l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

Ces entreprises sont des sociétés de conseil unipersonnelles, c’est-à-dire qui ne compte qu’un seul propriétaire et où on note l’absence d’associé ou de partenaire. Elles découlent respectivement de la Société par Actions Simplifiée (SAS) et de la Société A Responsabilité Limitée (SARL).

La SASU ainsi que l’EURL présentent quelques points divergents qui intéressent en particulier le statut social applicable à leur dirigeant respectif, de même que le régime d’impôt. La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) présente une ambiguïté, car elle est à la fois souple et complexe dans sa constitution et dans son contrôle de gestion.

Le statut de micro-entreprise pour un consultant

Ce statut particulier est le plus répandu et le plus utilisé par ceux qui créent leur entreprise. Il permet à un nouveau créateur d’entreprise de poursuivre son rêve tout en demeurant légalement salarié d’une autre activité.

En plus de cet avantage de taille, ce régime lui permet d’effectuer ses contributions salariales en fonction du résultat ou du chiffre d’affaires réalisé. Cependant, le chiffre d’affaires dans ce statut connaît une limite, ce qui peut entraver la pleine croissance de l’entreprise.

Le régime de portage salarial pour un consultant

Ce statut-ci possède une convention collective qui lui est propre. Elle fait bénéficier aux consultants indépendants de certaines prérogatives comme les congés payés, la protection sociale ou encore des allocations de chômage au même titre qu’un salarié. Le consultant bénéficie de tous ces avantages, tout en ayant l’assurance de poursuivre en toute quiétude son métier. Ce régime de portage salarial séduit notamment beaucoup de formateurs qui sont à la recherche d’une indépendance et d’une sécurité dans l’exercice de leur fonction.

Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

Sous cette forme de régime d’entreprise, le patrimoine ou les biens individuels du consultant indépendant sont mieux protégés. De plus, il ne connaîtra pas de limite de chiffre d’affaires à réaliser, comme c’est le cas pour le régime de micro-entreprise. Néanmoins, ce statut a un inconvénient de taille en ce sens que ses modalités et formalités de constitution sont beaucoup plus complexes en plus d’être onéreuses.

Pourquoi devenir consultant ?

Les raisons de plusieurs personnes ou des patrons d’entreprises d’avoir des activités indépendantes ou de devenir indépendants sont nombreuses et diverses. Voici rapidement quelques-unes des raisons les plus évoquées par ceux et celles qui ont fait ce choix d’être indépendants.

  • Diriger sa vie professionnelle comme on l’entend
  • L’accroissement de manière considérable des revenus et des différentes rémunérations
  • Être seul à diriger sa structure ou son projet de fond en comble
  • La volonté de mieux satisfaire et combler leurs clients
  • Embrasser de nouveaux horizons
  • La volonté et l’envie affichée de maîtriser son temps de travail et de l’organiser à sa guise

Égalniser à sa guise travail et de l'opres clientsond en comblees rémunérations,elles qui ont ce choix d'up plus complexes en ement, on peut aussi noter comme raison, le choix de certains professionnels de s’établir à leur propre compte car ne se sentant plus tellement désiré à cause de leur âge avancé.

Les raisons évoquées pour devenir indépendant sont donc aussi diverses et variées, cependant, tous les arguments avancés ne sont pas forcément de bonnes raisons, et il faut faire la part des choses pour éviter les problèmes par la suite. Ainsi, il n’est pas du tout conseillé de vouloir se mettre à son propre compte dans l’objectif d’échapper à certaines problématiques. Vous devez donc impérativement analyser en long et en large les raisons qui vous poussent à vous établir sur ce chemin.

Consultant : salaire, combien gagne un consultant ?

La facturation : comment facturer vos clients ?

La facturation pour le temps consacré au client

statut de consultant - salaire consultant

Pour le calcul de ce moyen de facturation, vous devez prendre en considération le taux auquel vous êtes payés à l’heure pour le multiplier au total du temps que vous avez consacré à votre client. Si vous procédez ainsi, vous mettez l’ensemble des risques sur le compte du client. Si vous n’avez pas une excellente renommée garantissant au grand public que vous êtes l’un des meilleurs certifiés de votre domaine, il sera bien difficile pour un client d’accepter cela facilement.

La facturation à la livraison du projet.

Les modalités de calcul de cette rémunération sont les mêmes qu’avec la facturation précédemment abordée. Cependant ici, c’est vous qui supportez la presque totalité des risques en rapport avec votre mission. Cette méthodologie est à utiliser si la mission ou le projet que vous êtes en phase d’exécuter présente peu de risques. Et vous devez savoir que plus la mission prendra du temps, plus vous serez confronté à des risques.

L’une des choses à faire si vous êtes confrontés à ces situations sera de diviser votre mission globale en de petits engagements qui pourront vous être plus profitables. Une autre solution à préconiser sera d’employer la méthode appelée PERT, afin de calibrer votre rémunération avec les différents risques que vous encourez.

La méthode de rémunération aux crédits

Les consultants n’utilisent pas trop cette méthode de rémunération qui possède pourtant une bonne efficacité. Par cette méthode, vous serez amené à vendre à vos clients, un certain nombre de missions contre des crédits, dont le nombre sera bien déterminé. Le client quant à lui consommera les crédits comme il le souhaitera. Grâce à cette méthode, vous allez recevoir des paiements pour des missions encore non effectuées, et c’est aussi un bon moyen pour garder près de soi un client.

La rémunération au mérite

Ce moyen de paiement peut s’avérer très fructueux, mais reste néanmoins risqué. Il consiste à assurer au client des résultats positifs pour l’exécution de la mission à venir. Cette assurance tiendra compte d’un certain nombre de facteurs qui garantira normalement de bons résultats.

La rémunération suivant la valeur ajoutée

C’est une méthode qui a l’avantage d’être ambitieuse, mais peu de consultants en font usage. Le but de cette méthode est d’adapter le coût de sa prestation aux profits réalisés par le client grâce aux interventions du consultant. Pour que cette méthode puisse apporter toute son efficacité, vous devez avoir au préalable une bonne expérience dans votre métier et savoir comment envisager le retour sur investissement.

Comment définir son prix ?

Les différents coûts d’une prestation sont à définir et à choisir avec le plus grand soin. Les raisons de cette affirmation sont faciles à connaître. Si vous employez des coûts de prestations qui sont élevés, vous risquez de ne pas avoir beaucoup de clients en plus de vous exposer aux risques d’impayés, au cas où le client n’aurait plus suffisamment de liquidité. D’un autre côté, si vos prix sont relativement bas et en dessous de ce qui est généralement pratiqué, vous risquez dans ce cas de jeter un doute sur la crédibilité et sur la fiabilité de votre structure.

Vous comprenez donc pourquoi votre prix doit être le plus adéquat possible. Et pour mieux définir vos prix, vous pouvez vous appuyer sur ces quelques conseils.

Le plus facile des moyens à envisager pour adapter votre prix à celui du marché sera de voir les différents prix que proposent la plupart de vos concurrents, ou de vous renseigner longuement sur les prix qui sont souvent pratiqués. Pour avoir de bonnes démarches, vous pouvez adresser des devis anonymes à plusieurs structures. Vous pouvez aussi vous renseigner sur différents sites pour avoir une idée assez précise sur la moyenne des prix habituellement pratiqués. Un site comme www.freelance.com vous sera très utile pour cette tâche.

Le fait d’avoir une idée sur le coût moyen des prestations ne vous garantit pas cependant que si vous pratiquez ces mêmes tarifs, vous serez à l’abri du besoin. Il est certes unanime que vous pouvez pratiquement tout accepter comme proposition au début de votre entreprise, mais sachez également qu’à terme, vous devez proposer des tarifs qui pourront vous permettre de supporter les différentes charges de votre entreprise tout en restant à l’abri du besoin.

Pour avoir une idée globale du meilleur prix à pratiquer pour vous, vous devez procéder au calcul de vos tarifs en prenant en considération ce que vous pouvez avoir comme bénéfices.

Le procédé est facile :

  • Calculez ce que vous voulez comme prix en prix « net » pour chaque mois. Vous allez multiplier ce prix par deux (2) afin d’avoir un résultat ou un prix brut. En France, le taux de prélèvement de l’impôt et des autres charges est de 50 % sur le bénéfice réalisé.
  • Le montant que vous obtenez sera à diviser par la somme des jours effectifs de travail. En moyenne, il est possible de travailler au moins quatre jours par semaine. Vous pouvez bien sûr travailler plus même les week-ends si nécessaire, mais ceci aura un impact non négligeable sur le temps à consacrer à votre famille.
  • Le temps que vous aurez obtenu au final sera le temps à consacrer pour votre travail. De ce temps, vous devez en consacrer au moins la moitié pour la recherche et la prospection de clients.

Un exemple de calcul pour un consultant qui commence nouvellement son activité :

Prenons un temps de travail de 16 jours par mois dont 8 jours seront votre temps de travail effectif. Pour bénéficier d’une rémunération de 2000 euros par exemple, vous devez travailler pour toucher 4000 euros.

En définitive, en qualité de consultant néophyte, vous aurez comme rémunération par jour de travail effectif la somme de 500 euros, ce qui donnera un chiffre de 65 euros à considérer comme votre rémunération à l’heure. Le calcul s’effectue de la sorte : 4000 euros à diviser par 8 pour avoir les 500 euros. Puis 500 euros divisés par 8 h de travail par jour.

Pour l’exécution des tâches qui nécessitera des déplacements, vous devez aussi considérer ces temps de déplacement pour l’établissement de votre facture.

Ce calcul est purement à considérer comme un exemple illustratif devant vous permettre de savoir à peu près combien vous êtes en mesure de gagner, et comment vous devez évaluer votre prestation.

Dans l’estimation de votre temps de travail effectif, vous devez savoir être méticuleux pour ne pas tenir compte du temps qui n’est pas consacré à l’accomplissement de votre tâche. Et inversement, vous ne devez pas non plus omettre d’inclure les temps des va-et-vient qui comptent pour votre mission.

C’est la raison pour laquelle, vous devez disposer d’un plan de travail bien détaillé pour ne pas perdre ni votre temps ni de l’argent.

NB : Une dernière chose à ne pas négliger est la déduction de certains coûts que vous devez ajouter à votre rémunération. Ces frais à déduire sont ceux liés par exemple à la consommation de l’électricité et à l’utilisation des matériels comme votre ordinateur ou votre téléphone portable.

Comment développer son activité de consultant

Avoir son attention sur les véritables cibles

être consultant sur internet - consultant marketing

Il n’est pas nécessaire de viser trop large et d’avoir son attention dispersée à la recherche de clients difficiles à trouver. Pour plus de succès, vous devez porter votre attention sur des cibles faciles à atteindre.

Sachez que les dirigeants ou les sociétés qui ont recours à des consultants indépendants cherchent à bénéficier d’un plus pour maximiser leur profit, ou pour satisfaire davantage leur clientèle.

Une fois les besoins de vos clients identifiés, vous devez maintenant être capable de convaincre le client afin de lui faire comprendre que vous avez les meilleures solutions pour résoudre son problème.

Tenir compte de sa qualité de consultant indépendant pour élaborer son offre

En tant que nouveau venu ou jeune entrepreneur, vous allez certainement éprouver quelques difficultés pour trouver votre place dans un secteur où on dénombre pas mal d’entreprises concurrentielles avec un niveau de qualité assez élevé. Ceci ne doit pas vous servir de prétexte pour sous-estimer votre potentialité ou pour afficher des performances peu valorisantes, car vous risquez de fragiliser votre milieu d’activité, ce qui ne sera pas une bonne chose pour les affaires.

Vous devez donc en toute connaissance de cause, proposer des tarifs qui seront à la hauteur des services que vous pouvez offrir à votre clientèle.

Ne manquez pas non plus de tenir compte des différentes charges liées notamment aux allocations sociales, pour la détermination de votre rémunération journalière.                                                                                                                       

Faire une recherche poussée de la clientèle et avoir une présence accrue sur le web

Pour atteindre vos objectifs, vous devez être dans la recherche continue et soutenue de votre clientèle. Ce qui revient à beaucoup communiquer afin de vous faire connaître davantage.

Pour cela, vous ne devez pas négliger votre présence sur le web, car c’est un excellent moyen pour faire connaître votre structure et pour toucher des millions de personnes qui seront de potentiels clients. Utilisez donc tous les moyens qu’offre le web, à savoir par exemple les réseaux sociaux. Les différents sites web, sans oublier les forums de freelances sont également autant de canaux à privilégier pour faire passer votre message.

D’autres moyens à l’image des salons ou la participation à des colloques sont autant de pistes à rechercher et à exploiter.

Accepter des aides pour vous faire accompagner et entourer vous de personnes dignes d’intérêts et de confiance

Étant une personne experte d’un secteur précis, il n’est pas exclu que vous ne soyez pas capable de maîtriser d’autres secteurs, en particulier ceux qui vous seront utiles pour réussir dans votre entreprise. Vous devez donc être assez ouvert pour accepter de l’aide et l’assistance provenant des structures privées et/ou publiques, qui possèdent des outils performants pouvant vous apporter de l’aide.

En effet, des organismes tels que la chambre des métiers ou la CCI disposent d’assez de moyens pour vous assister convenablement. Les ateliers de formation organisés par ces divers organismes vous seront aussi d’une grande aide.

Au cas où vous seriez encore en quête d’emploi au moment de la mise sur pied de votre projet, sachez que vous pouvez toujours bénéficier de vos subventions de chômage tout en percevant des rémunérations provenant de votre métier. Cependant, ce cas de figure ne pourra être possible que sous certaines conditions. L’avantage de ce cumul est que vous n’allez pas accuser de contre coups si votre activité connaît une baisse de régime.a.1 e activité connait une baisse de régime.egistrez tre s pour reussir votre er et à exploiter.ultés pour fices.

Construisez votre réseau

Agrandissez votre réseau

consultant -se construire un réseau

Lorsque vous avez votre réseau, il est important de l’entretenir et de le développer.

Pour vous faciliter les choses, vous pouvez ajouter des membres de votre famille, vos amis, vos anciens collègues, ainsi que la plupart de vos connaissances rencontrées au cours de vos différents parcours. Des applications comme ACT permettent de faciliter les ajouts amis, vous pouvez donc vous en servir pour mieux gérer vos différents contacts.

Après cette étape, vous devez définir un système approprié pour maintenir un contact régulier avec vos clients.

  • Maintenez un contact permanent avec vos clients actuels pour connaître leurs besoins et en profiter pour leur demander d’orienter vers vous des entreprises qui connaîtront le même type de soucis qu’eux.
  • Lorsque vous accomplissez des tâches pour de grandes entreprises par exemple, ayez les bons réflexes pour identifier des partenaires de la boite à qui vos services pourraient fortement plaire.
  • En tant que consultant, vous devez agir comme un véritable expert de votre secteur. Vous devez faire publier régulièrement des articles sur vous et tenir animé votre blog
  • Grâce à vos différents articles, vous serez en mesure d’établir des contacts avec des entreprises de prestige, pour leur faire découvrir vos prestations.
  • Les différents salons et colloques seront l’occasion pour vous de faire des présentations de thèmes, et de visiter un grand nombre de stands, afin de faire des rencontres décisives que vous devez relancer assez fréquemment.
  • Les applications de rencontres comme Facebook sont idéales pour maintenir des contacts réguliers et gérer facilement l’ensemble des contacts que vous possédez.

Servez-vous efficacement de votre réseau

Pour avoir une excellente réussite en tant que consultant indépendant, les membres ou contacts composants votre réseau d’experts vous seront d’une aide précieuse, car la plupart des missions que vous aurez proviendront de ce canal.

En effet, il est souvent remarqué que beaucoup d’offres de services sont diffusées, notamment sur des blogs et sur différents sites.

Des marketplaces comme freelance.com servent à mettre en relation offreurs et demandeurs, mais attendez-vous à rencontrer une concurrence farouche, à cause du nombre élevé de prestataires présents sur ces genres de sites. Ces concurrents proposent des prix assez bas afin d’attirer le plus de clients possible.

Vous connaissez maintenant l’importance d’un réseau de qualité. Et pour mieux vous rendre compte du rôle essentiel d’un réseau efficace, prenez connaissance de ce calcul qui est très révélateur.

Pour réaliser par exemple un chiffre d’affaires d’environ 4000 euros hors taxes par mois, il vous faut réaliser 8 jours de travail. Et s’il vous faut un délai de deux jours pour vous occuper d’un seul client, alors il est évident que par mois vous devez avoir un minimum de quatre clients pour un total de 48 pour une année.

Ayez à l’esprit que tous vos contacts actuels ne seront pas immédiatement des clients, et il peut même s’écouler plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant qu’un contrat ne soit signé.

Si la moitié de vos clients proviennent de vos différents blogs, il est donc admis que vous devez attirer 96 clients potentiels chaque année (un total de 8 clients/mois et 2/semaine). Au cas où votre pourcentage de réalisation est de 25 %, vous devez alors avoir 4 clients pour le compte de chaque semaine. Avec des chiffres pareils, vous comprenez vite combien il est important d’avoir un réseau bien établi pour être davantage connu.

Préservez votre réseau et présentez de nouveaux services à votre clientèle

Avoir un réseau opérationnel prend un certain temps, mais cela ne doit pas vous empêcher de bien en tirer profit et cela nécessitera beaucoup de temps pour maintenir vivant ce réseau. Vous pouvez aussi innover en envoyant des cartes personnalisées à vos membres les plus importants lors de certains événements, comme les fêtes de fin d’année.

Pour être vraiment crédible lorsque vous sollicitez des contacts directs et personnels, ayez le bon réflexe d’avancer des arguments pertinents, comme la mention d’un article ou d’une revue. Vous pouvez aussi appeler votre client pour des félicitations que ce dernier appréciera et votre lien en sera plus renforcé. Si par contre vous n’avez pas de raison assez pertinente pour appeler un client, abstenez-vous alors de passer cet appel, car vous risquez d’importuner ce futur client. 

Quelques exemples de raisons pertinentes pour appeler un client.

  • Aborder un nouveau produit ou un nouvel article qui devrait intéresser le client
  • Aborder avec le client une revue sur lui ou sur sa société récemment apparue
  • Donner des informations intéressantes au client à propos d’un concurrent direct
  • Pour attirer son attention sur une modification sur sa plateforme
  • Demander ou apporter une préconisation au client
  • Donner au client une invitation pour qu’il assiste à l’une de vos manifestations
  • Mettre en contact le client avec une société ou une personne qui lui serait utile.

Vous pouvez aussi essayer d’exhorter vos contacts à prendre part à des discussions de networking.

À votre propre initiative, vous pouvez organiser des soirées sur différentes thématiques.

La relance des clients potentiels : La non-conclusion d’une affaire avec un client ou une entreprise ne signifie pas que ce client ne pourra plus avoir besoin de vos compétences ou de vos services à l’avenir. Un contact permanent doit donc exister avec ces clients que vous ne devez pas négliger. Des informations régulières sur vous et des avis positifs sur vos prestations sont des exemples de relance que vous pouvez effectuer.

Pour avoir un succès dans vos différentes communications, vous pouvez faire usage des logiciels qui permettent de gérer efficacement les contacts.  

Être prêt à devenir un consultant en freelance

Les différentes perspectives de liberté et de gains énormes ne doivent pas vous éloigner du fait que la réalité peut être bien amère et que les choses peuvent ne pas se passer comme vous l’avez si chèrement souhaité.

Si vous choisissez d’être à terme un consultant indépendant, vous devez avoir beaucoup de caractère et de courage pour supporter toutes les péripéties auxquelles vous pourriez être confronté. Les débuts sont souvent très difficiles, et trouver rapidement des clients pour vite avoir de bonnes assises financières ne sera pas facile. Il est donc essentiel d’avoir beaucoup de patience et de résolution pour arriver à supporter ces difficultés qui ne manqueront pas.

Pour minimiser les différents risques ainsi que certaines difficultés liées à l’entrepreneuriat, vous pouvez faire le choix du régime juridique de portage salarial plutôt qu’un autre. En effet, ce régime juridique dispose d’avantages et de possibilités qui vous faciliteront en grande partie les choses.

Des erreurs de débutants à éviter     

  • Avant le démarrage effectif de votre activité, il est idéal et recommandé de compter en moyenne un ou deux clients prêts à vous engager et à vous soumettre des missions. Si vous ne possédez pas de clientèle et que vous continuez à être salarié, il serait judicieux de procéder à un calcul pour déterminer le nombre de jours où vous serez disponible pour exercer votre nouveau métier.
  • Être combattif : la fonction de consultant indépendant peut connaître pas mal de fluctuations et il est possible que vous demeuriez un certain temps sans avoir de clientèle. À d’autres moments, vous aurez des mois de plein emploi et pour mieux vous en sortir, n’hésitez pas à constituer des équipes qui pourront vous aider dans vos différentes tâches.
  • En dehors des missions trop complexes à exécuter, il est indispensable de ne pas décliner des offres de missions. Pour des cas qui requièrent un peu plus de compétences clés, prenez un peu de temps pour vous renseigner auprès d’autres experts, afin d’avoir toutes les informations pour mener à bien votre mission.
  • Évitez au maximum de donner des conseils sans contrepartie, notamment financière. Les clients peuvent s’en servir eux-mêmes pour tenter de régler leur problème et ne plus avoir besoin de vous.
  • Faites souvent des éloges sur des bénéfices obtenus par vos clients à l’aide de vos expertises. Cela pourrait contribuer à renforcer votre réputation ou e-réputation et justifier pleinement les tarifs que vous pratiquez.

Optez pour la franchise dans toutes vos relations

Avec vos clients et vos contacts, soyez toujours aussi clair que possible et évitez toute ambiguïté. Dites les choses comme vous les pensez. Cela évitera à vos clients d’être pris au dépourvu.

Aussi, donnez moins de solutions et moins de conseils de façon gratuite, afin de ne pas risquer de vous rendre inutile.

Pour les premiers rendez-vous, vous devez écouter en grande partie votre client et ce n’est qu’après cela que vous devez intervenir pour proposer des solutions. L’avantage à proposer des rencontres physiques assez vite sera d’identifier parmi vos clients potentiels, ceux qui seront déjà prêts à vous confier du travail. En effet, un client qui n’est pas prêt à vous engager sera moins séduit à accepter très tôt des rencontres en tête-à-tête. 

À ce premier rendez-vous, vous pouvez également présenter au client un plan d’action.

Conclusion

Être un consultant indépendant apporte beaucoup de privilèges. Pour mieux mener à bien votre démarche, vous devez savoir comment dénicher des clients et vous faire connaître au moyen de divers procédés. Vous pouvez faire appel aux métiers de la comptabilité pour savoir comment disposer d’une trésorerie adéquate, sans risque de faire banqueroute dès le début.

>